Promouvoir les sciences
chez les femmes

Interview de Charlotte GUINSBURGER

Quel a été votre parcours d'étudiante ?

2003 : Bac S – spé
2003 – 2005 : Prépa
2005 – 2008 : Ecole Nationale du Génie de l’Eau et de l’Environnement de Strasbourg (ENGEES)

Quel a été votre parcours professionnel ?

2008 : CDD de 3 mois à la Direction Départementale de l’Agriculture de Colmar
2009 – aujourd’hui : CDI – chargée de mission à la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR), au département de l’eau

Quelles ont été vos motivations pour vous tourner vers la voie scientifique ? Votre entourage a-t-il joué un rôle ? Ce choix était-il déterminé depuis longtemps ou vous êtes-vous laissée porter par vos études ?

Je me suis laissée portée par mes résultats dans les matières scientifiques, et notamment mon goût pour les mathématiques. Tout le monde m’a encouragée dans cette voie, celle-ci étant décrite comme la fameuse voie royale : famille, profs, amis.

En quoi consiste votre profession ? Quelles sont ses applications (s'il y en a) ?

2 missions :
- aider les services publics d’eau et d’assainissement à objectiver et améliorer leur performance en matière de qualité de service à l’usager, de gestion de leur patrimoine (réseaux d’eau, usines de production d’eau, etc.), de gestion économique et financière.
= démarche de comparaison entre services sur la base d’indicateurs de performance.
- contribuer à créer un réseau d’opérateurs publics d’eau (collectivités qui n’ont pas délégué leur service d’eau à des sociétés privées comme Véolia ou Suez) pour développer les échanges d’expériences et de bonnes pratiques.
= animation de réseau

Comment avez-vous décroché ce travail ? Avez-vous rencontré des difficultés (recherche d'emploi, entretien, etc ) ?

Mon poste actuel est le tout premier auquel j’ai candidaté, alors que j’étais encore en stage. J’ai passé un entretien et j’ai été rapidement retenue pour le poste (juin 2008). Mais l’ouverture du poste dépendait d’une formalité administrative, qui a mis du temps à se régler. J’ai donc pris mon poste en février 2009 seulement. J’ai, entre temps, candidaté à d’autres offres, dans le cas où les procédures administratives n’aboutissent pas…

Quelles ont été vos évolutions de carrière jusqu'à aujourd'hui ? Existe-t-il d'autres opportunités pour l'avenir ? Une évolution de carrière est-elle plus difficile à envisager pour une femme que pour un homme ?

Pas ou peu d’évolution dans mon poste, mis à part une diversification de mes activités : j’ai d’abord été embauchée sur la 1ère mission citée précédemment. Puis, on m’a proposé la 2ème mission à mi- temps, en recrutant une nouvelle personne pour prendre en charge le mi-temps que « j’abandonnais » sur ma première mission.
Petite structure de 35 personnes, dont 20 cadres : peu de possibilités d’évolution. Pour l’heure, je n’ai pas ressenti de difficulté d’évolution liée au fait d’être une femme.

En tant que femme, avez-vous ressenti des réticences de la part de votre entourage (amis, famille, collègues, etc.), ou subi des remarques au cours de votre carrière ?

Quelques remarques déplacées de certains collègues très indélicats ou de certains « clients » franchement vieille France.

Regrettez-vous l'absence de fille dans les domaines scientifiques actuellement ?

Non car le domaine de l’eau dans lequel je travaille est assez mixte.

Quels conseils donneriez-vous à une fille qui se dirige vers des études scientifiques ?

Les femmes ont autant de chance et de possibilité de réussir que les hommes. Il ne faut pas se mettre de frein toute seule !

Êtes-vous optimiste quant à l'évolution des mentalités sur le statut de femme dans un domaine technique ou scientifique ?

Oui, mais je ne crois pas que le problème de la place des femmes au travail soit uniquement une question de domaine scientifique.